Destins des « Disparus du Bas-Rhin »

En avril 1948, l’association des Déserteurs, Evadés et Incorporés de force publie son recueil photographique des disparus du Bas-Rhin – victimes de la conscription allemande de 1942 à 1945. Des noms et des visages d’Alsaciens publiés dont on cherchait à savoir s’ils étaient encore vivants … 80 ans après que sait-on de leur destin ?

Sources : A.D.E.I.F 1948 (c) – DAVCC (c)

Collection personnelle Christophe Woehrle (c)
Collection personnelle Christophe Woehrle (c)
  • ABERT Georges 1925 Haguenau

ABERT Georges né le 21 juillet 1925 à Haguenau, fils d’Albert Abert, ouvrier des mines et de Salomé Stell. Il est domicilié à Soultz-Sous-Forêts (Bas-Rhin) au 38, rue Frohnacker. Le 24 mai 1946 son père écrit au Ministre des Prisonniers de Guerre en indiquant qu’il « attend toujours désespérément son fils » et qu’il aurait été déplacé vers Bregenz en Autriche. Un courrier du front est arrivé dans la famille le 25 avril 1944. Ce dernier annonce la disparition du grenadier Georg Albert le 24 mars 1944 lors des combats d’Iwanowzy à 35 kms à l’est de Tarnopol. Le rédacteur précise qu’il a pu être tué ou fait prisonnier par les Russes. Ce sont les dernières nouvelles reçues de Georges Abert. Un jugement de 1960 fixe la date de son décès au jour de la disparition à Iwanowzy en Russie – La mention Mort pour la France lui est attribuée en 1949. Ternopil, est actuellement en Ukraine et la ville Iwanowzy n’est pas identifiée. Les indications permettent d’identifier la commune d’Ivanivka située à 40 kilomètres au sud-est. La tombe de Georges Abert n’a jamais pu être identifiée et son corps n’a jamais été retrouvé. Il avait 19 ans

ABERT Georges 1925-1944
  • ABT Emile 1914 Haguenau

ABT Emile est né le 25 août 1914 à Haguenau (Bas-Rhin), fils d’Emile Abt mécanicien et d’Elisabeth Maria Feinthel. Il épouse à Wissembourg, en 1938, Anne Cécile Rennie et réside à Diebolsheim (Bas-Rhin) à l’école municipale où il exerce la fonction d’instituteur public. Il est incorporé de force et son niveau d’étude lui confère le grade de caporal. En 1946, son épouse déclare être informée du décès de son mari depuis 1944 et que la date communiquée par les autorités militaires allemandes est fixée au 25 juillet 1944 en Russie. Heinrich Fonk d’Hernberg en Forêt-Noire témoigne en 1951 qu’il était l’ami d’Emile et qu’en tant que sanitaire du régiment, il a assisté au décès d’Emile, tué d’une balle dans la tête. Il déclare « lui avoir fermé les yeux et recueilli ses dernières paroles, avant de lui retirer sa plaque matricule remise à son officier ». Son décès est fixé au 25 juillet 1944 à Brunīši en Lettonie. En 1950, lui est attribuée la mention Mort pour la France. Sa tombe n’a pas été recensée à ce jour, toutefois le Kriegsgräberfürsorge indique que sa tombe se trouverait à Bobrownik / Petschory – Russland et devrait être réinhumé au cimetière militaire allemand de Sebesh en Russie, proche de la Lettonie. Il était âgé de 29 ans.
Sources : A.D.E.I.F 1948 (c) – DAVCC (c)

ABT Emile 1914-1944
  • ACKER Albert Jacques 1923 Engenthal

ACKER Albert est né le 14 novembre 1923 à Engenthal (Bas-Rhin), fils d’Albert Acker et de Marie née Schmitt. Maçon, il est incorporé de force dans l’armée allemande. Envoyé sur le front russe, sa disparition est constatée au 25 août 1943, mais son décès est fixé par jugement au mois d’août 1943 sur le front ouest de Charkow en Russie. Une note de l’Oberkommando de la Wehrmacht indique qu’il a disparu au nord de Schewtschen-Koff le 25 août 1943 et que les dernières nouvelles du disparu datent du 24 août 1943. Un camarade de régiment, survivant et rentré, témoigne au père d’Albert, que son fils a déserté et s’est rendu chez les Russes à Schwetschenkoff à l’ouest de Charkow en Russie et que depuis il est resté sans nouvelles de son camarade. Il obtient la mention Mort pour la France le 20 octobre 1953. Le nom d’Albert Acker figure sur la liste du cimetière de Kharkiv en Ukraine et repose parmi les 47993 soldats allemands enterrés au carré militaire allemand. Il avait 19 ans.

ACKER Albert 1923-1943
  • ACKER Jean Jérôme 1921 Batzendorf

ACKER Jean est né le 17 décembre 1921 à Batzendorf (Bas-Rhin), fils d’Alphonse Acker, cultivateur et de Mathilde Heitz. Boulanger, il est incorporé de force dans l’armée allemande. Il est caporal au Grenadier Regiment 309 dans la 11e compagnie. Il est légèrement blessé par balle à la cuisse le 28 mars 1944 à Loschkowzy (Loshkivtsi – Ukraine) et transféré dans un parc sanitaire. En juillet 1944, il bénéficie d’une permission et rentre à Batzendorf. Il retourne au front et ne donne plus de nouvelles à partir d’octobre 1944. Son décès est fixé au 30 octobre 1944 sur le front de l’est par un jugement du tribunal de Strasbourg en 1960. Il obtient la mention Mort pour la France en 1949. Le livre des disparus indique qu’il est né le 17 octobre 1921 et qu’il appartient à la Marsch.Komp.492 avec comme dernière affectation Lansdsberg. On trouve la tombe de Hans Acker né le 17.10.1921 tué à Landsberg an der Warthe et inhumé au cimetière de Stare Czarnowo en Pologne parmi 26715 soldats allemands enterrés. Il avait 23 ans.

ACKER Jean 1921-1944