Stolpersteine – NEUF-BRISACH

Le 16 et le 26 avril 2020 sont posées dans la ville de Neuf-Brisach, les premières Stolpersteine pour des victimes du nazisme de cette commune du Haut-Rhin.

L’artiste Gunter Demnig viendra le jeudi 16 avril poser 16 pavés devant les anciens domiciles des victimes en présence des élus et de la population.

Le 26 avril, journée nationale de la Déportation, la communauté juive et les élèves de 3ème du Collège de Volgelsheim viendront poser 1 pavé de mémoire et honorer la mémoire des 16 victimes posées le 16.

Parmi les victimes :

Arthur Borach né le 20 décembre 1894 à Neuf-Brisach, il est évacué le 1er septembre 1939. Jugé indésirable après l’annexion de l’Alsace-Lorraine, il se réfugie à Valence où il est arrêté le 4 février 1944. Le 3 mars 1944, il est transféré à Drancy puis déporté vers Auschwitz le 7 mars 1944. Son décès est fixé par jugement au 12 mars 1944. Arthur habitait au 24 rue de Colmar à Neuf-Brisach. Il était premier adjoint au maire de Neuf-Brisach avant la guerre. Sa Stolperstein y sera posée.

Arthur Borach
1894-1944

Nous avons besoin de vous pour parrainer le pavé de Monsieur Borach. Un pavé posé par Gunter Demnig coute 140€ (fabrication et pose comprises). En faisant un don de 140€ vous pouvez défiscaliser 66% de votre don. Pour tout renseignement, me contacter : cwoehrle@laposte.net

Des pavés de mémoire pour la famille HOLZMANN

Hermann Tzvi Holzmann, le père, est né le 23 mai 1894 à Lipno en Pologne. Il est le fils de Moïse Holzmann et de Lea Kraon. Le 30 octobre 1918, il épouse Dora Mayer à Würzburg en Allemagne. Son épouse est née le 12 janvier 1896 à Lodz en Pologne. Hermann est abatteur-saigneur rituel. Lea Kraon, la mère d’Hermann est née le 24 décembre 1862 en Pologne. Elle arrive à Neuf-Brisach le 31 mars 1933. Le couple a quatre enfants :

  • Hélène née le 20 août 1919 à Würzburg
  • Issi (Yitzkhak Etzion) né le 27 juin 1921 à Würzburg
  • Miriame (Myriam) née le 3 décembre 1924 à Würzburg
  • Dina née le 15 septembre 1930 à Neuf-Brisach

Le 26 août 1930, le couple arrive à Neuf-Brisach en provenance de Uberach (Bas-Rhin) et s’installe au 313, rue Saint-Charles, déclaré comme lieu de la synagogue.

Hermann Tzvi de nationalité polonaise, évacué de Neuf-Brisach le 1er septembre 1939, il est arrêté pour motif racial et interné au Camp de la Lande et déporté par le convoi n°8 du 20 juillet 1942 de Angers vers le camp d’extermination d’Auschwitz. Son décès doit être fixé au 25 juillet 1942 à Auschwitz en Pologne.

Dora Dvora née Mayer est évacuée avec son époux depuis Neuf-Brisach. Arrêtée elle est transférée à Drancy puis déportée par le convoi n°31 du 11 septembre 1942 vers le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Son décès est fixé au 16 septembre 1942 à Auschwitz en Pologne.

Hélène, bien que née à Würzburg en Allemagne, a conservé la nationalité de ses parents. Elle est évacuée avec eux de Neuf-Brisach le 1er septembre 1939. Elle est arrêtée et emmenée avec son père au Camp de la Lande. Elle suit la même destinée tragique que son père et est déportée depuis Angers par le convoi n°8 du 20 juillet 1942 de Angers vers le camp d’extermination d’Auschwitz. Son décès doit être fixé au 25 juillet 1942 à Auschwitz en Pologne.

Myriam, également née à Würzburg en Allemagne, suit le destin tragique du reste de la famille. Internée au Camp de la Lande, elle est déportée avec son père et sa sœur ainée depuis Angers par le convoi n°8 du 20 juillet 1942 de Angers vers le camp d’extermination d’Auschwitz. Son décès doit être fixé au 25 juillet 1942 à Auschwitz en Pologne. Elle fait partie des 11400 enfants Juifs déportés de France.

Dora, la dernière-née du couple n’échappe pas au destin tragique de sa famille. Née à Neuf-Brisach elle est de nationalité française et ne sera pas séparée de sa mère qu’elle suit jusqu’à Drancy et est déportée avec elle par le convoi n°31 du 11 septembre 1942 vers le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Son décès est fixé au 16 septembre 1942 à Auschwitz en Pologne.

Yitzkhak Etzion (Issi) témoigne, après la guerre, auprès de Yad Vashem à Jérusalem sur le sort de sa famille. Il est le seul survivant de la barbarie nazie.

Des Stolpersteine seront posés pour la famille Holzmann afin que son souvenir soit perpétué. Vous désirez parrainer un de leur pavé pour aider à sauvegarder leur mémoire ? N’hésitez pas à nous contacter cwoehrle@laposte.net (140€ par pavés – défiscalisable à 66%)