« Stolperstein » – Rapiteau

Article du 1er décembre 2014 sur la pose de la Stolperstein de Monsieur Rapiteau dont voici la traduction:

Traduction de l’article du 1er décembre 2014

Fränkischer Tag
Lundi 10 décembre 2014
Bamberg
Pierres contre l’oubli

Mémoires: 15 nouveaux Stolpersteins
ont été posés à Bamberg, afin d’honorer
la mémoire de victimes du national-socialisme.
A côté de ciotyens de la ville
on a honoré le prisonnier de guerre
français, Ferdinand Rapiteau.

De notre envoyé spécial
Martin Wohlgetan.

Bamberg. La pose en elle-même se déroule en très peu
de temps. L’assistant de Gunter Demnig prépare un trou
dans le bitume devant la place de la gare. Pendant ce
temps, deux jeunes élèves du Collège Martin Wiesend
dégagent les déchets avec des seaux, et l’artiste se
met à genou pour commencer le travail. En quelques secondes
le pavé orné de sa plaque en laiton y est inséré.
Un peu de sable et de ciment pour combler le trou,
un peu d’eau pour amalgamer le tout, un petit coup de
balai et la pierre du souvenir est posée. Il aura fallu
exactement 7 minutes pour que le Stolperstein de Ferdinand
Rapiteau devienne partie intégrante de la place de la gare.
Mais le petit geste est porteur d’un immense symbole.
Le pavé doré qui porte le nom de Ferdinand Rapiteau est
maintenant présent, et pour longtemps. Pour toujours, d’ailleurs.
Voilà plus de 20 ans que l’artiste Gunter Demnig pose
ces pierres, tout à commencé en Allemagne.
Depuis ce sont plus de 40 000 Stolpersteins qui ont été
posés sur le continent. « Un homme tombe dans l’oubli
au moment où son nom est oublié », c’est ce qui est écrit
dans les textes sacrés juifs, et c’est à partir de cette
phrase que Gunter Demnig a développé son idée et honore
le nom des victimes.
A Bamberg, c’est l’association Willy-Aron qui est responsable
de la pose des Stolpersteins. La première pierre posée à
Bamberg le fut en 2004 en l’honneur de Willy Aron
jeune juriste, parmi les premières victimes juives du nazisme.
Depuis, ce sont 113 pierres du souvenir qui ont été
posées dans la ville.
La préméditation d’un compagnon
Ferdinand Rapiteau est arrivé en 1940 à Bamberg, en tant que
prisonnier de guerre. Cet éleveur de chevaux originaire de Coux
(près de Bordeaux) fut mis au service des chemins de fers allemands
et était logé dans des barraques en bois dans la gare.
Le 19 juillet 1941 il fut touché par une balle, tirée d’une
carabine à plomb avec laquelle un jeune de 16 ans jouait à
tirer aux pigeons.
Son camarade Bernard Delachaux, qui fut 1 an plus tard aussi
victime d’un tir et pour lequel fut posé une Stolperstein en
2012 dans la Roppeltsgasse, écrivit dans son journal intime
qu’il ne croyait pas à la thèse de l’accident, et qu’il y
voyait même une certaine préméditation.
Toutefois: le Maire de Coux de l’époque, ancien vétéran de la
Grande Guerre, tint un discours très poignant:
« Ni Haine, ni vengeance …Mais, le retour de Ferdinand Rapiteau
doit nous aider à ne pas l’oublier et il doit rester vivant dans
nos coeurs ».
L’historien Christophe Woehrle qui étudie les prisonniers de guerre
français à Bamberg dans le cadre de son doctorat a lu devant
l’assistance le discours du Maire, tenu en 1949 et ce dernier fut
également lu, au même moment, devant le monument aux morts de
la commune de Coux.
Christophe Woehrle dans son allocution fit la remarque suivante:
« Toute trace des victimes étrangères a disparue dans le cimetière
de la ville, et ainsi il n’y a plus moyen d’honorer la mémoire
de ces victimes. Le temps est peut-être venu de redonner un endroit
à ces victimes. »
Le maire de Bamberg, Christian Lange releva immédiatement ce qui lui
paraissait évident: « Nous sommes justement en train de travailler sur
le sujet et nous nous posons la question par quel moyen nous pourrions
honorer la mémoire de ces hommes et femmes. A la Toussaint nous avons
rappeler les victimes françaises des guerres de 1870 à 1945 et ainsi
montré notre volonté d’une telle action dans le futur. »
Pour la pose, les petites-filles de Monsieur Rapiteau se sont déplacées. Il
s’agit de Maryse Cot et Betty Lambert venues spécialement de France. Elles
ont rendu un témoignage poignant à leur grand-père en lui offrant
des fleurs et des photos. Elles étaient accompagnées d’une délégation
officielle de la mairie de Coux, menée par le 1er adjoint au maire, Marianne Léturgie,
qui en quelques mots à sû donner l’essentiel: « J’espère que ce genre de
manifestation ne serve pas qu’à honorer la mémoire des nôtres, mais soit
un plaidoyer pour l’Europe. Que l’histoire nous serve à avancer! »

Les autres pierres:
Les autres Stolpersteins posés à Bamberg se trouvent:
Peter Burgis (Josephstraße 23) – Anna Engelmann (Hainstraße 14) – Siegfried
Buchstein (Kleberstraße 35), Jakob, Bella, Walter, Mathilde Ruth et Heinz
Fleischmann (Obere Königsstraße 16) – Gustav, Margarete, Anneliese, Ernst
Otto et Paul Fleischmann (Kunigundendamm 20) – Adam Kaim (Mittlerer Kaulberg 37)

« Un homme tombe dans l’oubli lorsque son nom est oublié » extrait du Talmud

Article1-12-14 FT Rapiteau réduit

Voilà, Monsieur Rapiteau a été sorti de l’oubli. En ce samedi 29 novembre nous avons posé la Stolperstein de Monsieur Rapiteau en présence de sa petite-fille Maryse COT, l’épouse de son petit-fils, Madame Béatrice Lambert, Madame le 1er adjoint au maire de la ville de Coux Madame Marianne Léturgie et, la très compétente et très dévouée Gwladys Mauret, secrétaire de marie à Coux, qui a travaillé avec moi pour les recherches familiales et à l’organisation des manifestations à Coux.

Nous nous sommes retrouvés à 11h, devant la gare de Bamberg en présence de Monsieur le 1er Bourgmestre de la ville, Herr Lange et du second Bourgmestre Herr Metzner, ainsi que des élèves de la Maria Ward Schule de Bamberg, de nombreux habitants et sympathisants de la Willy Aron Gesellschaft, porteur du projet « Strolperstein » dans la ville, représentés par Daniel Dorsch et Andreas Ullmann. L’artiste, fondateur des Stolperstein a procédé, comme toujours, personnellement à la pose du pavé.

Stolperstein Rapiteau site réduit

Après une visite officielle à la salle d’honneur de la ville de Bamberg, nous avons visité la ville de Bamberg, patrimoine mondial de l’Unesco, puis nous sommes rendus au cimetière municipal pour visiter le carré militaire où reposaient les soldats français, « Morts pour la France » jusqu’en 1949. Monsieur le Maire de Bamberg s’est engagé à étudier la pose d’une plaque au cimetière pour honorer la mémoire de ces soldats, pour le 8 mai 2015, 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Et voici la Stolperstein de Monsieur Rapiteau (Mesdames COT et LAMBERT, avec la photos des arrières-petit-enfants de Monsieur Rapiteau)

Stolperstein Rapiteau site réduit2        Stolperstein Rapiteau site réduit3

Aujourd’hui dans le journal régional de Bamberg

Heute im Fränkischer Tag

Article FT site

C’est avec une grande joie et une profonde émotion que je vous présente Monsieur Rapiteau Ferdinand. Grâce à la persévérance et l’engagement de Gwladys Mauret de la Mairie de Coux nous avons retrouvé la descendance directe de Monsieur Rapiteau, qui fera le voyage à Bamberg pour la pose de la pierre du souvenir.

Rapiteau Ferdinand site

RAPITEAU Ferdinand est né le 12 janvier 1905 à Saint-Hilaire-de-Talmont en Vendée. Il était le fils de Aimé Rapiteau et sa mère était née Charrieau. En 1928, il avait uni sa destinée avec Madame Yvonne JARDRY duquel mariage est née en 1938 une fille prénommée Fernande, décédée en 1983.

Fernande s’était mariée deux fois:

1. avec Monsieur LAMBERT Pierre Etienne jusqu’en 1964

2. avec Monsieur MARCELLY Marcel. Son dernier époux et Fernande reposent au cimetière de Coux en Charente-Maritime. Madame Yvette Rapiteau a eu plusieurs enfants avec Monsieur LAMBERT et Monsieur MARCELLY

Soldat de 2e classe au 618e Régiment de Pionniers (Génie)

618e R.Pionniers Génie Rapiteau

Il avait été  fait prisonnier le 22 juin 1940 (jour de la signature de l’Armistice) à Mortagne dans les Vosges, puis transféré au Stalag XIIIC ou on lui attribua le matricule 74 134.

C’est à Bamberg qu’il fut contraint au travail au sein des Chemins de Fer allemands dès le mois de juillet 1940. 1 an plus tard, le 19 juillet 1941 il arriva un accident dont le Comité International de la Croix-Rouge de Genève dira en date du 12 novembre 1941:

« Le Prisonnier a connu une mort tragique suite à un malheureux et regrettable accident. Alors qu’il se rendait sur son lieu de travail, il fut atteint d’un coup de feu tiré par un jeune enfant qui jouait au « Tir aux pigeons » avec une arme de salon. La balle a pénétré par l’arrière du corps à une hauteur de 1m20, blessant visiblement un poumon et ressortant par l’avant du corps. L’enquête administrative n’est pas encore terminée. »

Le 21 juillet, il fut porté en terre dans le cimetière de la ville de Bamberg, dans le carré français.

Rapiteau2

En 1949, son corps fut transféré vers la France et il fut porté en terre dans la commune de Coux (lieu de résidence de sa veuve) où le Maire de l’époque prononça à la fin de son discours ces quelques mots:

« Il est tombé pour la France, pour notre liberté, sa présence matérielle dans notre petit cimetière contribuera mieux encore à notre souvenir, et il sera plus vivant dans nos coeurs. Nous aussi, nous pourrons nous incliner sur sa tombe et lui apporter des fleurs, en même tamps, nous viendrons y méditer sur les grandes erreurs de notre pauvre humanité … »

Si depuis son transfert sa mémoire est honorée sur le monument aux morts de Coux, en Allemagne les victimes françaises du nazisme tombent dans l’oubli. En 2012, suite à mes recherches, nous avons honoré la mémoire du Prisonnier de Guerre Bernard Delachaux (voir sa page sur ce site).

A présent, j’ai proposé à l’Association Willy Aaron de Bamberg, d’honorer la mémoire de Monsieur Rapiteau. La pose de la Stolperstein (pierre du souvenir) aura lieu le 29 novembre 2014 à Bamberg.

La Mairie de Coux a décidé à l’unanimité de prendre en charge les frais de pose de la pierre et la rémunération de l’artiste. J’ai rendu visite à la mairie de Coux le 6 août 2014. Nous avons échangé sur le moyen d’honorer la mémoire de Monsieur Rapiteau. Tout d’abord, une délégation de 2 personnes, représentants les autorités municipales de la commune se déplacera à Bamberg le 29 novembre prochain pour participer aux commémorations. Deux descendants de Moonsieur Rapiteau participeront aux commémorations à Bamberg.  Parallèlement sera organisée une commémoration au monument aux morts de la commune et les écoles de Coux seront invitées à participer à l’évènement en retraçant le destin de Monsieur Rapiteau. La presse locale et régionale sera informée des évènements en cours. En outre sera posée et dévoilée une nouvelle plaque pour Monsieur Rapiteau suivie d’un dépôt de gerbe. Gwladys Moret, la secrétaire de mairie dont l’engagement est total, est chargée du déroulement et de l’organisation des commémorations, merci à elle pour son dévouement.

La décision officielle de la Deutsche Bahn est arrivé et la pierre de Monsieur Rapiteau sera posée devant l’entrée principale de la gare de Bamberg. L’entreprise allemande réalise depuis la fin de la guerre de nombreux travaux sur son implication dans l’organisation nazie et est très active dans le devoir de mémoire qu’elle s’impose. Nous remercierons personnellement la direction pour cet accord.

Merci à la Mairie de Coux, Monsieur le Maire et ses adjoints et plus particulièrement à Glawdys Mauret pour son implication.

Merci à Madame Marcelly épouse de Jean, de Montendre, pour l’aide apportée dans mes recherches.

Un grand merci à tous ceux qui me soutiennent dans cette démarche.

Rapiteau Monument aux morts Coux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *